Création d’un collectif d’acteurs culturels en Haute Gironde

Depuis 20 ans Permis de Jouer, comme tant d’autres sur le territoire, a travaillé à promouvoir et à dynamiser la culture et la musique au sens large en Haute-Gironde ! Suite à la perte annoncée de nos locaux et une réflexion sur les besoins il nous ai apparu que l’on pouvait transformer cette contrainte en véritable opportunité pour construire un lieu collectif et ambitieux avec d’autre associations et artistes ayant envie de créer une fabrique culturelle comme point d‘appui d’une action culturelle sur l’année longue.
Alors une poignée d’associations culturelles de Haute Gironde travaille à la création d’un collectif et d’une dynamique : le Queskonfabrik !

Vous y avez participé, vous en avez entendu parler, vous l’attendiez ? Et bien le collectif est créé officiellement depuis le 10 avril sous la forme d’une fédération !

Vous voulez en faire partie ? Ca tombe bien, la prochaine étape consiste à inviter toutes les associations, artistes, citoyens et collectivités de Haute Gironde qui souhaitent faire partie de cette dynamique, à venir adhérer.

Alors si comme nous vous pensez que la culture en Haute Gironde mérite un lieu de création et de diffusion, qu’une belle dynamique est en train de naître et qu’il faut y participer… alors rejoignez nous !

Associations, collectivités, artistes, citoyens, vous êtes invités à venir adhérer a la fédération Queskonfabrik !

Nous en profiterons pour faire un point sur le projet, les dernières avancées et nos premières actions concrètes !

La régie QKF
Swing qui Peut ! / Préface / Foksabouge / Zinzoline / Permis de Jouer / Entre nous / Vivre les livres / Nous autres / Core Accord

 

Vous pouvez télécharger le document synthèse

Pour mobiliser nous avons besoin de votre participation

Une fabrique culturelle est à la fois un espace de travail, de réflexion, de rencontre et de diffusion. Ouverte aux pratiques amateurs et professionnelles et conçue pour favoriser les rencontres entre les habitants, les artistes, les association, une fabrique culturelle est un lieu de catalyse, de ressource, une pépinière qui permet de faire bouillonner les idées et de mettre en synergie les talent et les volontés d’un territoire.

Alors concrètement une fabrique c’est quoi ? Ce peut être à la fois un lieu de création et de construction avec des ateliers, un lieu de diffusion de spectacle au travers d’une salle, un  lieu d’expositions, des ateliers d’artistes pour que des résidents rendent vivant ce lieu, un lieu de croisement et de rencontre autour d’un « bar associatif « , bref un lieu de cristallisation des idées et des envies. Mais c’est avant tout un réseau d’entraide, de partage des savoirs-faire, de collaboration et d’élaboration de projets communs. C’est aussi un lieu ressource qui met en avant les talents, artistes et techniciens présents sur le territoire. Un tel réseau permet la concrétisation et la facilitation de mise en œuvre des projets, des actions culturelles de la fabrique en direction des publics de Haute-Gironde.

Une fabrique,  permet d’adresser au plus grand nombre des propositions artistiques exigeantes, qui sont autant d’occasions de mieux se rencontrer, échanger et s’ouvrir aux autres. Dans cette approche citoyenne de la culture, il faut impliquer les publics, pas seulement en les incluant dans les différents projets mis en place, mais en leur permettant d’être acteurs à part entière des actions. Aujourd’hui, cela se retrouve en filigrane dans notre fonctionnement : mobilisation des réseaux individuels et des réseaux associatifs, en grande partie bénévoles, via le bouche-à-oreille et les réseaux numériques. Nous sommes déjà des habitants acteurs de la culture.

L’idée est simple : mettez quelques associations dynamiques, quelques artistes autour de la même machine à café… laissez mijoter et regardez éclore une richesse et une diversité de projets !

Travailler au même endroit ou avoir un lieu ressource permet une effervescence naturelle, elle développe des liens non seulement d’entraide discrète (exemple : prêt de matériel, accompagnement), mais aussi d’incubateur et de facilitateur de projet. Une fabrique serait en tout cas un lieu de bouillonnement servant un projet culturel de territoire !

Le 8 juin 2017, P2J lance une invitation aux associations culturelles de Haute-Gironde.

Le but : réfléchir ensemble à l’opportunité d’une fabrique et d’un collectif comme point d’appui d’une action culturelle cohérente basée sur les dynamiques inter-associatives naissantes et au service des habitants de Haute-Gironde.

C’est la naissance de Queskonfabrik !

Queskonfabrik est un collectif ouvert à tous les acteurs de la vie culturelle (au sens large) de Haute-Gironde : artistes, musiciens, associations de tous horizons. C’est un collectif qui souhaite agir concrètement en collaboration avec les collectivités locales, le département de la Gironde et la région Nouvelle-Aquitaine.

35 associations et structures
ont répondu

à l’appel QKF

Association du Patrimoine de Prignac

Black Bass Festival

Pôle de la mémoire du Bourgeais

4 L Café

La clé des champs

Le champ de Foire

Zinzoline

Corinne Couette photographie

Prij du Cubzaguais

Association Côtes et Cuivres

Pays d’écriture

Tréteaux de l’enfance

Conservatoire de l’estuaire de la Gironde

Compagnie l’œil de la percée

Les arts créatifs de Pugnac

Association Entre nous

Compagnie Théâtre épicé

Swing qui peut

Foksabouge

Territoires imaginaires

Compagnie Imagine

Mets la prise

Core Accord

Les ateliers du mascaret

Les oreilles décollées

Mandol’in tempo

Mishko

Musique à ta porte

Préface

Polysons33

Club photo Prignac

Comme une image

Culture et santé de Blaye

Compagnie l’arbre à vache

Les amis du Zoétrope

La porte du collectif est toujours ouverte. Ceux qui sont passés à côté de cette initiative et qui souhaitent nous rejoindre sont les bienvenus.

Le constat

Une multitude d’associations sur notre territoire qui gravitent  autour de projets artistiques, culturels, et sociaux et qui rencontrent toutes les mêmes difficultés :

difficulté d’hébergement ou absence de locaux  ;

absence de rencontres et de mises en commun des projets associatifs ;

manque de notoriété, difficulté à se faire connaître ;

manque de moyens  ;

manque de compétences  ;

manque d’un lieu de diffusion.

Nous souhaitons rassembler nos énergies associatives et créatives pour créer un terrain favorable à la naissance de nouveaux projets locaux.

 

Notre objectif :

Notre collectif souhaite promouvoir la culture pour tous sur la Haute-Gironde grâce à la création d’une fabrique culturelle. La fabrique se veut un outil de facilitation, un catalyseur culturel et donc au final une pépinière de talents, de projets, d’événements et d’artistes indispensables au territoire. Elle souhaite assurer le maintien d’alternatives en matière de culture et de création artistique.

4 OBJECTIFS

1/ Devenir une pépinière : l’incubateur

Lieu de rencontres et d’échanges, lieu de création, d’enseignement, de répétitions, de résidences, fabrication de décors, ressourcerie.

Lieu de vie sociale inspiré des  » tiers lieux  » pour mieux ancrer et favoriser la fréquentation des autres lieux  » culturels  » existants sur la Haute-Gironde.

Lieu ouvert : café associatif, salle de réunion, bureaux partagés, espace de vie sociale, lieu d’exposition

Lieu de diffusion équipé : programmation, temps fort annuel de la Fabrique.

2/ Développer l’éducation populaire autour des arts

Transmettre des savoirs, favoriser des rencontres entre professionnels et amateurs, renforcer les réseaux coopératifs hors les murs, en itinérance et dans les murs.

Créer une dynamique fondée sur un maillage de foyers culturels mobilisant des acteurs qui n’ont pas encore l’habitude d’œuvrer ensemble dans le cadre d’un projet culturel par le développement du lien social.

3/ Propager la culture : l’itinérance

S’inscrire dans le quotidien des gens : lieux de vie, de travail, inventer des formes d’intervention.

S’adresser à tous les publics du territoire avec une attention particulière portée aux publics empêchés, quelle que soit la forme de précarisation.

Renforcer les réseaux coopératifs sur les cantons : développer les liens avec les techniciens, les opérateurs culturels, les élus, et mutualiser les moyens humains et matériels.

Renforcer le sentiment d’appartenance par la constitution d’un être ensemble fondé sur une stratégie culturelle familiarisant le citoyen à la culture et le mettant comme acteur et usager d’un faire ensemble artistique.

4/ Organiser la culture : créer une gouvernance

Définir le modèle administratif et économique.

Valider une organisation en analysant les modèles existants (fédération, SCIC, Amacca…).

Être un observatoire des pratiques culturelles : identification et mise en réseau des acteurs des territoires alentours pour valoriser nouvelle position centrale de la Haute-Gironde en Nouvelle-Aquitaine. Faire de la « veille culturelle » d’expérimentations similaires au niveau national. Instaurer une évaluation qualitative et quantitative des actions (choix d’indicateurs/objectifs opérationnels et/ou d’actions).

Étape 1

Queskonfabrik Préchauffage

Le 8 juin 2017 à la salle des fêtes de Mombrier eut lieu une première rencontre informelle entre associations.

Invités : les associations et artistes de Haute-Gironde, par voie de presse, mailing et réseaux sociaux

Nous avons fait un point de l’état de nos réflexions de P2Jistes puis un tour de table des envies de chaque association et acteur pour ce type de projet. Nous avons évalué ensemble nos besoins particuliers autour d’un verre pour ébaucher un projet commun. 35 associations et structures présentes.

Étape 2

Queskonfabrik Première brique

Le 7 juillet 2018. Une rencontre pour s’inspirer et s’informer.

Invités : les associations et artistes de Haute-
Gironde  ; les élus et responsables de collectivités. Par voie de presse, mailing et réseaux sociaux

TEMPS  1 : synthèse des acteurs et des envies

Un projet culturel pour un territoire vivant.

Présentation courte de l’activité des associations présentes sur le territoire. Point sur la journée de préchauffage du 8 juin.

TEMPS 2 : interventions d’experts qui portent des politiques culturelles associatives sur leur territoire en Nouvelle-Aquitaine et les bénéfices qui en découlent.

François Garrain (de l’association Musicalarue à Luxey [Landes]) 10 postes de permanents à temps plein ; anime une politique culturelle interasso à l’année.

Haméka, projet culturel de la Communauté de communes Errobi. Une  » Fabrique de création des arts de la rue et du théâtre basque « . HAMEKA est aussi un lieu de médiation, c’est-à-dire, intermédiaire entre les artistes et les différents publics du territoire.

Un exemple de gouvernance : intervention d’Alexandra Martin, directrice de la SCIC Pôle
culture et santé.

TEMPS  3 : atelier tables rondes  30 min sur comment on fait ensemble ? Comment on organise la suite.

 

Étape 3

Première synthèse : pour définir le grain à moudre ensemble

Rédaction d’un premier document dégageant 6 grands axes de travail. .

ITINÉRANCE

CONSOLIDER LE RÉSEAU COOPÉRATIF

TRANSMISSION DES SAVOIRS//ÉDUCATION POPULAIRE

VALORISER CE QUI EST LÀ

RENCONTRES PROFESSIONNELS/AMATEURS

L’INCUBATEUR

Les avantages du rassemblement sous un étendard commun ne niant pas les initiatives et identités de chacun sont : représentativité améliorée, légitimité augmentée, lutte contre les microréseaux, favoriser la naissance projets collectifs, mutualisation des forces, outils et des moyens, créateur d’envies partagées,  » Too Big To Fail « , permet de mieux réfléchir à des modèles économiques alternatifs…

BESOINS HUMAINS IDENTIFIÉS : professionnel de la recherche de financement et/ou montage projet, un ou plusieurs poste(s) permanents pour du secrétariat, animation réseau COOP,  faire l’état des lieux des acteurs du territoires.

Étape 4

La régie, 9 réunions de pilotage

De septembre à mars, 9 réunions de  » la régie « , le comité de pilotage du collectif. Réflexion, débat, autour de toutes les idées.

Étape 5

Restitution d’un point d’étape

Rédaction du document d’étape pour pouvoir informer et partager notre réflexion sur les dispositifs et projets envisagés. Celui que vous lisez actuellement.

Etape 6

Rencontre des institutions des partenaires et d’autres acteurs ayant des projets équivalents.

Rencontre des collectivités et organismes pour exposer le projet et définir comment elles pourraient faciliter la mise en œuvre du projet. Beaucoup ont déjà été approchés et informés de notre projet :

Département de la Gironde : (Contrat teritoriaux et Iddac)/SMAC d’agglomération bordelaise/DRAC/Fonds Leader/Fondation de France/Réseau des acteurs de musiques actuelles en Nouvelle-Aquitaine. RIM/Aquitaine Culture/OARA/Agence culturelle Nouvelle-Aquitaine/Sacem…

• Visite de fabriques de référence dans un premier temps par des membres du QKf puis avec des élus :

La Palène

AAIAA

Derrière Le Hublot

La chambre d’eau

La filature du Mazel

La Fabrique Jaspir.

+La valorisation du territoire

Par valorisation nous entendons l’action culturelle qui est un moteur dynamique de mise en lumière d’un territoire mais aussi la valorisation de tous les talents, artistes et techniciens déjà présent sur le territoire.

Les exemples qui montrent que la culture est une accroche favorisant l’attractivité touristique d’un territoire ne manquent pas. Drainer un public autour de grandes manifestations est essentiel, mais on ne doit pas oublier qu’un public se fidélise localement toute l’année.

Bénévoles, artistes, techniciens doivent se retrouver autour d’un lien permettant l’émulation et la création.

Il faut aussi permettre à des professionnels, de faire leurs premières armes et devenir ainsi des acteurs économiques non négligeables.

Comme le démontre bon nombre d’études, culture, patrimoine et tourisme sont intimement liés et contribuent à l’essor de promotion et de recomposition de villes et territoires en déclin ou oubliés.

À l’image de la volonté de souder l’activité touristique de nos quatre cantons, Queskonfabrik doit devenir un élément central en termes de communication et de diffusion d’informations vers le public : nous devons être l’outil, la vitrine de l’activité culturelle et du lien social qui va avec.

+La transmission des savoirs et l’éducation populaire

C’est le but de QKF. Conquérir la culture, toutes formes de culture, et la transmettre sur notre territoire de Haute-Gironde pour tous, et par tous.

QKF cherche à fédérer, à échanger et à construire ensemble dans un ou plusieurs lieux des savoirs et savoir-faire artistiques : danse, théâtre, musique, photographie, peinture, sculpture, créations plastiques, lecture, écriture. Avoir un lieu regroupant plusieurs associations d’horizons différents facilite les échanges de matériels, de connaissances, d’avis.

Les lieux de création et de résidence sont présentés au grand public afin de faire connaître les univers des différents acteurs culturels et voir les démarches de chacun. La formation des bénévoles, la création d’animations ou d’ateliers avec des professionnels permettent de découvrir les différentes facettes de métiers souvent méconnus. Nos associations suscitent déjà des vocations et ont formé de nombreux professionnels.

Un lieu où se mêlent culture, transmission et construction collective ne peut que profiter à tous.

« L’éducation populaire n’est pas un acte autoritaire, mais un processus d’autorisation à penser et à faire ce qui, jusqu’alors, était interdit ou nous semblait impossible » (Christian Maurel).

+L’itinérance autour de la fabrique

La culture ne vaut que par l’échange et Queskonfabrik, réflexion multidisciplinaire, n’a de sens que parce que chaque association est un ambassadeur, un référent déjà connu. Sur un territoire fait d’estuaire et de Haute-Gironde, nous sommes à la croisée des langues historiques à la fois terre frontalière et centre d’une nouvelle région. Les 63 communes riches en associations à objet culturel et social, permettent cet accès à un de nos droits fondamentaux ainsi qu’à celui, essentiel, du partage et de la mixité sociale.

Apporter la création au sein de chaque bourg ou dans les endroits les plus reculés de nos campagnes, afin qu’ils se sentent concernés et invités. Permettre la rencontre des publics et des artistes, créer des vocations, dynamiser notre bout de région tout au long de l’année afin de donner la possibilité à chacun de s’exprimer et recréer le liant social qui permet le vivre ensemble, tel est le but de notre action.

L’artiste comme le public est un nomade qui ne s’ignore pas. La sensibilité des arts doit être transportée, l’expérience doit être exportée au plus près des populations dans un souci de cohérence comme un outil d’éveil. Sillonner les routes, faire circuler les idées, entrechoquer les arts et les gens, créer des espaces éphémères et donner un nouvel éclairage sur des lieux ou des pratiques quotidiennes. Parce que la création ne peut pas rester enfermée et parce qu’elle se nourrit de la rencontre.

+La gouvernance

Son modèle d’organisation reste à définir, mais nous pouvons citer deux pistes à ce stade de notre réflexion : fédération ou SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif). Nous recherchons une organisation la plus horizontale possible. La piste d’un fonctionnement type Amacca est aussi à explorer.

Une gouvernance démocratique type participative doit rester la base et les décisions seront prises sur un modèle prônant l’intérêt collectif. Les principes de fonctionnement de Queskonfabrik devront y être définis, mais l’on peut d’ores et déjà parler de relation de confiance et de respect avec et entre les membres, d’une logique d’engagement envers la communauté, d’un ancrage dans les territoires de la Haute-Gironde, d’une vision d’une gestion à long terme, d’un principe de non-lucrativité.

Partager sur les bases d’un faire avec entre les associations, les artistes et les instances politiques (si nous sommes dans le cas d’une SCIC) permettra à chacun de s’exprimer en fonction de ses besoins. Cette gouvernance ne devrait pas avoir pour but une ingérence dans la vie des associations, mais devrait être un élément facilitateur entre acteurs de la cause culturelle et sociale.

Pour cela il nous faut créer un système de communication entre membres qui créera les conditions d’une bonne évaluation et compréhension des besoins. Identificateur de projet, les acteurs de Queskonfabrik feront bénéficier de leurs compétences les structures qui le souhaiteront, à court terme, une montée en compétence de moyens qu’ils soient humains, administratifs ou de recherche de financement.